mercredi 27 mai 2015

Un jardin paysager en 8 points


Couper la perspective
Les motifs en diagonales permettent toujours d’élargir visuellement un jardin trop étroit. Ils accrochent le regard et lui évitent de se poser dans l’axe du terrain, gommant le défaut naturel d’un espace en longueur.

Respecter le jeu des proportions
Cèdre, marronnier majestueux dans une prairie deviennent tout étriqué dans un petit espace. Il faut donc respecter les proportions de votre terrain. Arbustes et arbrisseaux joueront le rôle des grands arbres, les plantes vivaces celui des arbustes et les couvre-sol celui des fleurs et feuillages bas.


Jouer avec les trompe-l’œil
La technique est à employer chaque fois que c’est possible. Les treillages donnant l’illusion d’une perspective constituent de véritables percées à travers les murs. Très efficace aussi, un miroir derrière un élément de décor fixe (statue, vasque…) donne l’impression d’une surface double.

Utiliser les verticales
Dans un  espace réduit, il est important de tirer parti des volumes. Les plantations doivent s’harmoniser dans les trois dimensions. Les espèces étroites peuvent s’associer à des plantes plus étalées, des formes en boule à des plantes dressées. Les potées suspendues sont aussi les bienvenues.

Varier les niveaux
Une superficie à plusieurs étages parait toujours plus grande. La succession de deux plans empêche la monotonie et met en valeur les végétaux des lisières. Les bois, les traverses de chemins de fer par exemple, est à la fois très utile et décoratif pour souligner la frontière entre plusieurs niveaux.

Un jardin paysager en 8 points
Faire disparaître les contours
Si vous êtes entouré par des murs ou par des baies de propriétés voisines, essayez de rendre les contours de votre jardin un peu flous. De grands bambous à la végétation luxuriante et légère, des arbustes vaporeux comme le tamaris, les cotinus, les polygonums sont parfaits pour gommer la sensation d’enserrement. En revanche, évitez les conifères, souvent trop rigides.

Habiller les murs
Atténuez l’impression d’écrasement dans les patios, les cours et les jardins entourés de murs en les habillant de treillage décoratif avec de jolies plantes grimpantes.
créer des allées en courbe


Créer des allées en courbe
Inutile de laisser nue la partie centrale comme c’est souvent l’usage pour une grande superficie. Mieux vaut répartir les massifs en ilots disséminés un peu partout, mais de façon équilibrée. Des allées mèneront aux différentes parties. Si vous les dessinez en courbes, elles rallongeront le cheminement entre les plantations et permettront de découvrir un nouvel espace à chaque virage.

vendredi 15 mai 2015

La bronzette des minettes...

chat et paquerettes



chat et paquerettes



chat et paquerettes


Iris et valériane rouge


Un iris mauve sur fond de valériane rouge



La valériane est une plante vivace, poussant en touffes, qui fleurit de mai jusqu'au gelée. Elle se resème seul et ne craint pas les sols secs. Les fleurs forment des panicules arrondies. Leur couleur varie du blanc au rose et au rouge pourpré selon les variétés.


mercredi 13 mai 2015

Massif d'arbustes à l'entrée



Plusieurs arbustes à l'entrée de la maison, plantés depuis plusieurs années :
  • 1 genêt rouge à l'arrière : cytisus scoparius, floraison abondante en mai, les rameaux sont vert foncé toute l'année
  • 1 céanothe : arbuste rampant à feuillage persistant, nombreuses fleurs bleu en grappes d'avril à mai, et refleurissant fin de l'été
  • 1 fusain du japon doré : persistant, à feuillage jaune panaché donne de la lumière en hiver
  • 1 jasmin d'hiver (contre le mur) qui fleurit jaune en hiver.
  • 1 juniperus (à gauche) : conifère bas de petite taille, vert clair
  • 1 lavande 
  • quelques iris bleu à droite









Entrée du jardin de Sylvie


phlox vivace

Vues de l'entrée du jardin avec des phlox violet.

Ce phlox couvre-sol est vivace.
Voir ICI

Comment composer un massif de vivaces sur un talus ?

Commencez par dresser la liste des plantes dont vous aurez besoin. Préparez le terrain. Passez un coup de griffe, retirez les mauvaises herbes, puis émiettez le sol. Apportez du compost bien décomposé. Si besoin, améliorez le drainage de votre terre, en incorporant du gravier. Les plantations débuteront lorsque les gelées importantes ne seront plus à craindre, en mars ou avril, selon les régions.

Si vos plantations vous semblent clairsemés, pas d’inquiétude, les plantes vivaces s’étoffent vite. La première année, semez ou plantez quelques annuelles afin de combler les vides : cosmos nain, alysse, impatiens…

Couvrir un talus

Comment composer un massif  de vivaces sur un talus ?


Les plantes alpines aiment les pierres. Telle une moquette, le feuillage argent d’un céraiste (1) a totalement recouvert les roches,, enserrant une cascade bleue de campanule-des-murs (3) et un coussin de lamier maculé (2),  vivace à feuillage argenté bordé de vert et à floraison rose pourpre.

Sur la pente et le long de l’allée des touffes d’aethionema "warley rose" (4) dressent leurs épis de fleurs rose tendre ; elles accompagnent au bord et au fond de la rocaille, les fleurs soyeuses, presque rouge d’un hélianthème (6).

Exposition : plein soleil. Tout endroit ensoleillé en pente convient.

Sol : ordinaire et très bien drainé, à tendance argileuse ou calcaire. Si besoin, drainez en apportant du gravier.

Au printemps, installez soigneusement les plantes entre les roches, arrosez puis surfacez avec du gravier sur 5 cm d’épaisseur.


Floraison : en  mai et juin pour l'aethionema, le lamier, l'hélianthème et le céraiste ; de mai à juillet pour la campanule, avec une remontée en septembre.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...